Le FCG emménage

Si les rugbymen grenoblois se sont entraînés pour la première fois de la semaine au Stade des Alpes aujourd’hui, d’autres équipes s’activent dans les coulisses pour que tout soit fin prêt samedi.    

11h, ce matin, dans les gradins du Stade des Alpes. A deux jours du choc face Toulon, l’enceinte sonne creux. Seules quelques âmes s’affairent pour que la fête soit belle samedi soir. Dans la tribune Sud, Marc Lambert et ses hommes enchaînent les coups de chiffon. Leur mission : faire briller chaque siège du stade. Depuis la rencontre face au Stade Toulousain au mois de décembre, c’est l’entreprise de Marc qui s’occupe du nettoyage des sièges. Et avec 20 000 fauteuils à frotter, la tâche est fastidieuse. Cinq jours de labeur pour ces travailleurs de l’ombre. Cinq jours pour redonner de la blancheur aux 20 000 dents du Stade des Alpes.

Au même moment, les camions se succèdent sur le parking ensablé du stade. Avec comme chef d’orchestre Progres Reverter, le logisticien du FCG. Commandes, livraison, installation, c’est un jeudi chargé qui attend la bande à « Roro », comme on surnomme le logisticien grenoblois. Ils sont quatre et depuis lundi, ils transpirent pour transformer le Stade des Alpes en théâtre des rêves. Pour la dernière du FCG à domicile, tout doit être parfait. Et pour cette quatrième de la saison au Stade des Alpes, les réflexes commencent à rentrer. La mécanique est la même que pour les rencontres précédentes. Installation des panneaux et des bâches aux couleurs du FCG, déménagement du matériel d’entraînement, aménagement des salons et des loges de l’enceinte. Et puis surtout, il faut équiper le Palais des Sports pour accueillir dans les meilleures conditions les partenaires du club grenoblois. Et « Roro » l’assure, le buffet sera à la hauteur de l’affiche sportive. Petits fours et champagne au menu. La troisième mi-temps promet d’être belle !

Mais avant il y aura les deux mi-temps du match. Et pour diffuser la pub pendant la rencontre, « Roro » doit encore installer les panneaux Led autour de la pelouse. « Le plus gros morceau », selon lui. 240 mètres de panneaux qui seront branchés demain. Et pour que tout soit fait dans les temps, il a fait appel à deux amis italiens. Ce sont eux qui fourniront les panneaux et, mieux, ils aideront même à leur installation. « A six, on devrait boucler ça en une journée ».

Puis samedi, les derniers préparatifs concerneront surtout l’accueil des spectateurs. La signalétique à l’extérieur du stade et les buvettes dans les gradins. Et une fois le match terminé, il sera déjà temps de tout remballer.

Un sujet réalisé par Maxime Bacquié, Fabien Touati, Benjamin Jeanjean, Matthieu Windey et Sébastien Chanove

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s