Andrew Farley, joueur mais capitaine Aussie

Grenoblois d’adoption, irlandais sur le passeport mais australien de cœur, Andrew Farley vit sa quatrième saison au FCG. Aujourd’hui capitaine des Rouge et Bleu, le grand blond (sans chaussure noire) revient sur son parcours, ses années grenobloises et son Australie natale. Portrait.

Crédit : BJ

Crédit : BJ

198 centimètres au compteur, 112 kilos sur la balance. Un beau bébé. Mais au-delà de son physique impressionnant, somme toute assez classique pour un 2ème ligne, Andrew Farley est avant tout un passionné. Passionné de son Australie d’abord, et de sa Brisbane natale. « C’est chez moi là-bas, j’y ai vécu jusqu’à mes 19 ans. L’Australie, c’est dans mon cœur ». Un attachement qui tranche avec le parcours du bonhomme, parti s’exiler en Italie avant même ses vingt bougies. Suivront la Nouvelle-Zélande, le Pays de Galles, l’Irlande et enfin la France. D’un père d’origine anglaise et d’une mère d’origine néo-zélandaise, Andrew est un globe-trotter né. Mais depuis qu’il a posé ses valises aux bords de l’Isère en 2009, le capitaine grenoblois ne pense plus qu’aux Rouge et Bleu. La première fois qu’il est venu ici ? « Un match d’Amlin Cup, en 2005, quand je jouais pour la province irlandaise du Connacht. On était venus gagner ici 26-21 ! »

Australien, mais international… irlandais

Quelques années plus tard, le voilà capitaine du FCG. Un rôle déjà occupé en Irlande et qu’il voit surtout comme un pont entre les joueurs et le staff technique. « J’organise des moments entre joueurs en-dehors, et sur le terrain je fais les annonces, les corrections, les ajustements, je motive les gars ». Interrogé sur son meilleur souvenir ici, le capitaine répond au quart de tour. « Le titre en ProD2, l’an dernier ! La défaite en playoffs contre Bordeaux l’année précédente nous avait fait très mal, on était donc encore plus heureux. J’ai joué tous les matches cette saison l’an dernier, et surtout c’est le premier titre de ma carrière ». Une riche carrière au cours de laquelle l’Australien a connu les honneurs de la sélection… irlandaise. En 2007, l’entraîneur Ewen McKenzie lui propose de le rejoindre en Australie pour porter les couleurs des Waratahs. Le choix est difficile mais après réflexion, Andrew reste en Irlande dans son club du Connacht et se fait même naturaliser avec le secret espoir d’intégrer, peut-être, la bande d’O’Driscoll, O’Gara et O’Connell. Il ne jouera finalement aucun Tournoi des VI Nations, mais sera sélectionné six fois en équipe d’Irlande A.

« Les Français conduisent très mal ! »

Après quatre ans dans l’Hexagone, Andrew se sent de mieux en mieux ici. Au point d’envisager de finir sa carrière à Grenoble, alors qu’il file vers ses 33 ans ? « C’est possible, oui. J’ai eu une longue et belle carrière. J’aime le rugby, j’aime m’entraîner, mais dans deux ou trois ans il sera peut-être temps d’arrêter, et je me vois bien le faire ici », explique-t-il. D’ici là, il est encore temps de profiter de la vie locale et de ses… inconvénients. « Les Français conduisent très mal ! Ils n’utilisent jamais leur… Comment ça s’appelle, déjà ? Leur clignotant ! Pour les rond-points j’ai beaucoup de mal », s’amuse-t-il.

Samedi, il sera sur la pelouse du stade des Alpes pour mener ses hommes au combat contre Toulon. Une préférence entre la nouvelle enceinte et le vieux Lesdiguières ? Le capitaine préfère botter en touche. « C’est une bonne question. Lesdiguières, c’est chez nous, c’est notre maison, notre lieu de vie. Mais le stade des Alpes, c’est une ambiance incroyable. Je n’avais jamais vécu ça de toute ma vie, et pourtant j’ai joué au stade olympique de Sydney devant 80000 personnes. Contre Toulouse par exemple, le public faisait un bruit énorme, c’était grandiose ! ». Tout le club espère que le résultat sera le même.

Benjamin Jeanjean

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s