Pomme est toujours vert

Il s’appelle Bruno, mais tout le monde l’appelle « Pomme ». Son surnom, il le tient de Pierre Pommier, ancien ouvreur du club dans les années 1980 qui avait l’habitude d’emmener Bruno avec lui pour l’assister dans ses entraînements balle au pied. Aujourd’hui, Pomme est bien plus qu’un porteur de ballons. Après plus de trente ans au club, il est devenu le visage du FCG. Portrait.

Bruno Delatte, aka Pomme, au stade Lesdiguières

Bruno Delatte, aka Pomme, au stade Lesdiguières. © Benjamin Jeanjean

Lundi 15 avril 2013, dix heures du matin. En pleine préparation de délocalisation au stade des Alpes, Pomme a du pain sur la planche. Entre deux coups de fil ou directives à donner, l’intendant du club prend malgré tout le temps de se poser et de revenir sur l’amour qu’il porte aux Rouge et Bleu. À 52 ans passés, il se souvient de son premier jour au FCG comme si c’était hier. En 1980, ce Lillois de naissance passionné de rugby décide de venir voir un entraînement. Puis deux. Puis dix. Les joueurs le remarquent et l’adoptent immédiatement. Alain Lorieux et Jean-Marc Romand en touchent un mot au boss de l’époque, Jean Liénard. En deux temps-trois mouvements , le voilà bénévole au sein du club.

« Je fais le travail de l’ombre ici : préparer les maillots, les vestiaires, les ballons, les repas… Mon boulot c’est de tout faire pour que les joueurs soient bien, pour que tout soit nickel ». Le genre de tâches qu’on ne remarque que lorsqu’on ne les fait pas. À force d’être aux petits soins avec tout le monde, Pomme est devenu incontournable dans les travées du stade Lesdiguières, et même bien au-delà. Habitué des déplacements depuis maintenant 33 ans qu’il vit au rythme du FCG, Bruno Delatte (de son vrai nom) est connu de tout le petit monde du rugby français. Ou comment un intendant logistique se retrouve à avoir dans son téléphone les numéros personnels de Serge Blanco, Olivier Brouzet ou de l’arbitre international Romain Poite…

 Landreau : « c’est la mémoire du club »

Son secret ? Gentillesse, disponibilité et une mémoire à toute épreuve. « Il a connu toutes les générations, il est resté en contact avec quasiment tous les joueurs passés ici. C’est la mémoire du club. Il n’oublie jamais un anniversaire, il est d’une fidélité incroyable », explique l’entraîneur Fabrice Landreau. « Quand j’étais au Stade Français et que Bourgoin délocalisait nos matches à Grenoble, je le sollicitais souvent pour qu’on puisse s’entraîner sur le terrain annexe. Il se faisait chambrer par tout le monde, on lui disait qu’il était en train de trahir Grenoble alors qu’il faisait juste ça pour nous dépanner ! On l’invitait à Jean-Bouin pour le remercier, après… », se souvient le coach.

Aujourd’hui, Pomme est littéralement « intransférable » d’après Fabrice Landreau. Un statut qui ne monte pas à la tête de l’homme à tout faire du FCG, qui préfère se remémorer les grands moments vécus depuis toutes ces années. La finale 1993 perdue contre Castres au Parc des Princes ? « J’étais parti en car avec l’équipe. Pour ce match j’étais en tribunes avec les remplaçants ». La victoire en finale du challenge Yves-du-Manoir 1987 à Narbonne contre Agen ? « Mon plus beau souvenir, avec un Pierre Mathias exceptionnel ce jour-là ». Tragique ironie de l’histoire, l’ancien buteur grenoblois est également au cœur de son pire souvenir. « Je me souviendrai toujours de son décès accidentel en 1988, sur la route entre Grenoble et Valence. Il la connaissait par cœur cette route. Ce soir-là il était un peu pressé, il allait trop vite, et voilà… ».

 « Je continuerai tant que je pourrai »

Bénévole pendant des années, Pomme a ensuite été employé deux ans au sein de l’association FCG grâce au dispositif des contrats aidés. Depuis le 15 octobre dernier, il est désormais salarié à mi-temps de la SASP, qui gère la section professionnelle du club. Surveillant de cantine le midi à l’école Saint-Pierre du Rondeau (à deux pas du stade de Lesdiguières), Pomme ne se voit pas lâcher de sitôt le club grenoblois. « Je continuerai ici tant que je pourrai ». Ce n’est pas le club qui s’en plaindra.

Benjamin Jeanjean

Une réflexion au sujet de « Pomme est toujours vert »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s